Ne fermez pas les gares !

Une fois de plus la logique comptable oriente les choix en matière de transports collectifs et contredit les discours en faveur de l’environnement.

La SNCF décide de fermer des gares pour faire des économies. La nouvelle majorité régionale, qui a la compétence pour la gestion des TER, ne bronche pas…

Avec des décisions qui vont à l’encontre des orientations prises lors de la COP 21, c’est l’accès aux transports collectifs qui est progressivement réduit.

Dites non à la fermeture des gares:

http://www.petitions24.net/non_a_la_fermeture_saisonniere_des_gares

http://www.petitions24.net/non_a_la_fermeture_des_gares

 

Barrage de Sivens

COMMUNIQUE DE PRESSE

Nous nous associons au drame horrible qui vient de se passer à Sivens avec la mort de Rémi Fraisse. Mélangées à l’horreur de cette mort, il y a les questions relatives aux pratiques des CRS dans le cadre d’une manifestation qui nous hantent tous, et l’intérêt discutable de certains projets que le gouvernement français doit accepter de revoir afin que d’autres drames liés à l’insuffisance de concertation et de prise en compte soient évités. Nous espérons que les réponses que va apporter le gouvernement seront à la hauteur de cette tragédie effroyable.
Dans la vallée de la Roya nous menons depuis plus de 6 ans une lutte contre un doublement de tunnel transalpin au Col de Tende. Ce doublement nous semble tout à fait rentrer dans le cadre des grands projets inutiles, coûteux, et destructeurs, tout comme à Sivens ou à NDDL. En effet, une sécurisation adéquate du tunnel de Tende actuel suffirait à nous mettre aux normes européennes. Un collectif de plus de 25 associations françaises et italiennes s’est monté; de multiples courriers ont été envoyés au gouvernement sans aucune réponse favorable au réexamen du projet.

Nous nous associons aux luttes de NDDL et de Sivens pour demander un réexamen du projet à Tende, afin que la construction d’un nouveau tunnel transalpin destructeur de la qualité de vie de nos vallées montagnardes soit évité, et que le report modal tant attendu de la route vers le rail ne soit plus lettre morte en vallée de la Roya.
Le conseil d’administration de l’association Roya Expansion Nature

Communiqué de presse

Route ou train?
Est-il vraiment nécessaire de percer un second tube
au col de Tende ?

Col de Tende

La ligne de chemin de fer Nice-Breil-Tende-Cuneo a besoin d’investissements qui semblent introuvables, 29 M d’euros à court terme, plus 80 M d’euros pour sa pérennisation. Le coût du doublement du tunnel de Tende, lui, se monte à 258M d’euros et le projet a été validé. On se rend compte qu’il s’agit là, une fois de plus, d’un choix politique et financier qui va à l’encontre de toutes les résolutions officielles qui prônent le report modal de la route vers le rail. La circulation du train pour les habitants de la vallée a pourtant une importance indéniable.

La raison première affichée pour le projet de doublement du tunnel de Tende était la sécurité. Depuis l’accident du tunnel du Mont Blanc, les tunnels transfrontaliers ont été soumis à de nouveaux règlements et en fonction de ceux-ci le doublement à Tende a été considéré comme la seule solution permettant de sécuriser le tunnel sans arrêter la circulation. L’ANAS (le service des routes italien) avait cependant proposé il y a douze ans une méthode pour réaléser le tube existant en maintenant la circulation sur une seule voie pendant les travaux.

Or fin juin 2014, il a été décidé, en dépit du désaccord de tous les maires des vallées concernées, que la circulation serait interrompue cet été toutes les nuits de 22h à 6h, puis de 19h à 6h et deux jours entiers par semaine à partir de cet automne, et pour toute la durée de la phase du chantier de purge et de drainage des eaux . Les décideurs ne font ils pas là la preuve qu’ils ne tiennent pas leur « promesse » de trafic non interrompu, qui avait amené au choix du doublement ?

L ‘avis des maires n’a pas été pris en compte, pourquoi le serait il ultérieurement lorsque ceux-ci demanderont des mesures de restriction de la circulation, ni la route, ni la traversée des villages n’étant en état de recevoir l’accroissement prévu de 50% du flux actuel ?

Une partie non négligeable de la population refuse le projet de double tunnel en raison de l’augmentation du trafic routier qu’il va générer dans les vallées française et italiennes, avec ses conséquences sur la sécurité, la santé, l’économie, le tourisme….sans parler des inévitables aménagements ultérieurs qui risquent fort de transformer ces vallées en simple couloir de circulation rapide.

En ce qui concerne la sécurité, de très nombreux aménagements ont déjà été réalisés. Actuellement, le tunnel fonctionne en alternance de circulation et de ce fait sa largeur n’est plus un problème et les possibilités de collisions de véhicules en sens inverse sont supprimées.
Les rapports de sécurité sont favorables tout en relevant encore trois manques : l’absence de poste de pompiers permanent coté italien comme il existe en France ; la vérification de la réelle résistance au feu de tous les câbles d’alimentation ; enfin, si les caméras et l’ensemble du système de vidéo-surveillance et de commande sont bien reliés à un centre de surveillance à Turin, il manque encore le dispositif permettant depuis Turin d’activer les feux de fermeture du tunnel en cas d’accident.
Ces opérations sont réalisables sans un budget colossal et la sécurisation du tunnel actuel serait alors acquise.
Si le doublement n’était pas réalisé, un dispositif pourrait être mis en place comme cela est prévu dans d’autres tunnels transeuropeens pour permettre l’évacuation des usagers en cas d’incendie et ainsi pérenniser cette sécurisation au delà de la phase transitoire limitée à quelques années pour laquelle elle est assurée.

Alors pourquoi vouloir à tout prix un autre tube?

Le chantier confié à des entreprises italiennes depuis les appels d’offre est-il si important qu’il faille y sacrifier la vie des vallées ?
Peut on faire comme si la vallée de l’Arve n’était pas devenue un des territoires les plus pollués de France suite au trafic transalpin du tunnel du Mont Blanc, alors que ce même trafic risque de déferler au Tunnel de Tende s’il est doublé ?
Le système d’alternance de la circulation n’est il pas suffisant pour le trafic inter-régional que le tunnel est sensé permettre ?
Vaut il la peine pour éviter un quart d’heure ou une demie heure d’attente en été, de mettre en péril la santé et la sécurité des habitants, de procéder en plusieurs étapes à la destruction de paysages aussi remarquables et pittoresques ?
Sous la pression des lobbys des BTP, jusqu’où seront capables d’aller les Etats français et italien, qui pourtant prônent le report modal dans l’ensemble de leurs schémas de transport, pour faire croire que c’est un mal nécessaire ?
Les financements de ce projet pourraient être reportés sur le ferroviaire, ce qui permettrait de réaliser tous les travaux nécessaires à la pérennisation de la ligne Cuneo Breil Nice si chère à la population, y compris sa ré electrification qui optimiserait son potentiel.

Association Roya Expansion Nature

Pétition pour le transfert du financement de la route vers le rail

Nous lançons une pétition qui demande aux élus de se prononcer pour le retrait du projet de doublement du tunnel routier du col de Tende et de prendre officiellement position pour un transfert du financement sur la voie ferrée

La pétition est en ligne sur Change.org,
_en français: Ici
_in italiano: Qui
(link in fondo pagina)

 

Le texte de la petition est reproduit ci-dessous en français et en italien (avec version téléchargeable au format pdf).

_Version française: Telecharger le pdf

Ligne ferroviaire Cuneo/Nice/Ventimiglia

Etant donné que :
* la ligne de chemin de fer Cuneo/Nice/Ventimiglia est gravement menacée de fermeture par manque de crédits,
* les États italiens et français font face à des situations économiques difficiles,
* des financements supérieurs aux besoins immédiats de la ligne sont cependant disponibles pour le doublement du tunnel routier du Col de Tende,
* le trafic routier dans les deux vallées participe à la pollution de l’air en s’ajoutant aux fortes concentrations venant des trafics urbains voisins,
* la sécurité dans le tunnel routier est assurée du fait de l’alternance et des récents travaux réalisés,
* cette alternance évite aux deux vallées un trafic de voitures et de camions qui augmenterait avec le doublement,
* les routes de part et d’autre du tunnel sont déjà saturées, – la ligne de chemin de fer offre une alternative à forte valeur économique et patrimoniale,
* son électrification permettrait le transport de marchandises,
* sa disparition est impensable,

Nous, habitants et touristes des massifs alpins, citoyens européens, automobilistes, motocyclistes, n’acceptons plus que les crédits soient mis sur un projet routier, et qu’en conséquence il n’y ait plus suffisamment d’argent pour pérenniser la ligne de chemin de fer existante. A l’heure où tous les Etats européens valident le nécessaire report modal de la route vers le rail, il est grand temps que les investissements concernant les grands travaux transalpins aillent dans ce sens.

Oui aux trains. Non à l’explosion du trafic routier dans les vallées alpines.

Nous demandons aux élus des trois régions, Ligurie, Piémont, Provence Alpes Cote d’Azur, de se prononcer pour le retrait du projet de doublement du tunnel routier du col de Tende et de prendre officiellement position pour un transfert du financement sur la voie ferrée.

Nous leur demandons aussi de faire pression auprès des deux États pour obtenir que la gestion commune soit renégociée de façon équitable et efficace.

_Italiano: Caricare il pdf

Linea ferroviaria Cuneo-Nizza/Ventimiglia

Considerato che:
* sulla linea ferroviaria Cuneo-Nizza/Ventimiglia pende una grave minaccia di chiusura a causa di mancanza di fondi;
* gli Stati italiano e francese si trovano ad affrontare una difficile situazione economica;
* finanziamenti superiori a quelli immediatamente necessari alla sopravvivenza della linea
ferroviaria sono stati comunque reperiti per il raddoppio del tunnel stradale di Tenda;
* il traffico veicolare nelle due valli Vermenagna e Roya contribuisce all’inquinamento
atmosferico e si aggiunge a quello delle conurbazioni cui la linea fa capo;
* la sicurezza nell’attuale tunnel stradale è garantita dal senso unico alternato e dagli
interventi portati a termine di recente;
* la ferrovia salva le due valli dal prevedibile aumento di traffico di automobili e camion se
si raddoppiasse il tunnel stradale;
* le strade di accesso al tunnel sono già oggi sature di traffico;
* la ferrovia offre un’alternativa fortemente competitiva dal punto di vista economico e
patrimoniale;
* la sua elettrificazione renderebbe possibile il trasporto merci;
* la sua chiusura è fuori da ogni logica

noi, abitanti e turisti di area alpina, cittadini europei, automobilisti e motociclisti, non siamo più disposti ad accettare che i finanziamenti vadano ad un progetto stradale e che allo stesso tempo manchino per garantire duratura esistenza alla linea ferroviaria. In un’epoca in cui tutti i paesi europei affermano la necessità di passare dal traffico stradale a quello ferroviario, riteniamo più che mai urgente che gli investimenti per i grandi lavori alpini siano consoni a tale indirizzo.

Sì ai treni! No all’incremento del traffico veicolare nelle valli delle Alpi!

Chiediamo agli eletti delle regioni Liguria, Piemonte e Provence-Alpes-Côte d’Azur di pronunciarsi per il ritiro del progetto di raddoppio del tunnel stradale di Tenda e di prendere ufficiale posizione per il trasferimento del fondi alla linea ferroviaria.

Chiediamo inoltre che facciano pressione sugli organi competenti dei due Stati affinché la gestione della linea ferroviaria sia rinegoziata con criteri di equità ed efficacia.

Non au doublement du tunnel du col de Tende

Le projet d’aménagement du Col de Tende contient deux volets : le doublement du tunnel et la mise aux normes du tunnel existant.

Cette seule mise aux normes suffit pour régler les problèmes de sécurité. Par contre, un deuxième tunnel, c’est au moins deux fois plus d’argent, deux fois plus de trafic routier, deux fois plus d’accidents, deux fois plus de pollutions, et c’est aller à l’inverse de la réduction des transports polluants prônée par les experts du climat.
Nous préférons que des investissements soient engagés pour la réélectrification de la ligne de chemin de fer, qui permettrait le ferroutage des marchandises et créerait une véritable avancée économique. Le trafic international routier n’apportera que des nuisances et aucune richesse dans les vallées.

*_Une pétition est en ligne sur le site_*: « Cyberacteurs – Tunnel de Tende »:http://www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=166

Pour un format papier :

Pétition

Les signataires de cette pétition souhaitent qu’il n’y ait pas d’augmentation de trafic de voitures et de camions dans les vallées de la Roya et de la Vermenagna.

Le projet d’aménagement du Col de Tende contient deux volets : le doublement du tunnel et la mise aux normes du tunnel existant. Cette seule mise aux normes suffit pour régler les problèmes de sécurité. Par contre, un deuxième tunnel, c’est au moins deux fois plus d’argent, deux fois plus de trafic routier, deux fois plus d’accidents, deux fois plus de pollutions, et c’est aller à l’inverse de la réduction des transports polluants prônée par les experts du climat.

Nous préférons que des investissements soient engagés pour la réélectrification de la ligne de chemin de fer, qui permettrait le ferroutage des marchandises et créerait une véritable avancée économique. Le trafic international routier n’apportera que des nuisances et aucune richesse dans les vallées.

Une pétition est en ligne sur le site de
Cyber Acteurs – Tunnel de Tende :
http://www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=166

 

Appel des Associations

APPEL D’ASSOCIATIONS ITALIENNES ET FRANÇAISES
EN FAVEUR DE LA COMPLEMENTARITE DE LA ROUTE ET DU RAIL
AU COL DE TENDE

MOTION
pour la remise en cause des orientations prises depuis une vingtaine d’années en faveur du doublement du tunnel routier du Col de Tende, à la lumière des récentes recommandations internationales et par le biais d’une évidente et indispensable complémentarité de la Route et du Rail

Une conférence-débat s’est tenue le 5 juillet 2008 en mairie de la Brigue (Alpes-Maritimes). Elle a rassemblé un nombre important d’élus et de citoyens français et italiens mobilisés sur le thème du devenir des traversées alpines au Col de Tende et au-delà.

Le projet de doublement du tunnel engagé depuis une vingtaine d’années semble en totale opposition aux sages résolutions internationales de la Convention Alpine et des accords de Kyoto, et nationales françaises du Plan Climat, du Facteur 4 et du Grenelle de l’Environnement, et italiennes du Piano Nazionale 2002 per la riduzione dei gas responsabili dell’effetto serra 2003-2010, résolutions qui mettent entre autres l’accent sur les transports collectifs et le report modal sur le rail d’une partie du transport routier de marchandises.

À l’inverse, la ré-électrification de la ligne ferroviaire existante pourrait accroître sa capacité, améliorer sa sécurité et permettre l’acheminement du fret et éviter ainsi l’engorgement par les camions des vallées de la Roya et de la Vermenagna. De plus, une telle électrification/ré-électrification, même si elle s’étendait à l’ensemble de l’étoile ferroviaire de Breil, ne représenterait guère que la moitié du coût de réalisation d’un nouveau tunnel routier, estimé en 2007 à 167 M €, et récemment réévalué à la hausse*, dont 58,35 % pour l’Italie, et 41,65 % pour la France.

Le problème de la sécurité et de la mise aux normes du tunnel routier existant peut se résoudre en retubant et en remodelant le tunnel actuel, la continuité du trafic pouvant être assurée pendant la durée des travaux par rétablissement des navettes ferroviaires tel que récemment suggéré par la autorités italiennes ; quant à la sécurité des circulations dans un tunnel restant à chaussée unique, elle pourra être assurée largement par des dispositions analogues à celles retenues dans le plus long tunnel routier du monde (24,5 km), en service depuis 2001 en Norvège et pourvu d’une seule chaussée de 6 m de large, dispositions dont on ne voit pas pourquoi elles ne seraient pas retenues pour le tunnel de Tende dont la longueur n’atteint même pas 3,2 km.

En dépit des effets dissuasifs de la configuration actuelle du tunnel et de son exploitation, notamment le passage alterné des poids lourds qui en détourne heureusement l’essentiel du trafic international, les populations des deux vallées de la Vermenagna et de la Roya sont de plus en plus confrontées aux pointes de circulation, qui affectent leur qualité de vie et compromettent la sécurité des habitants des villages de Vernante, Tende, St Dalmas-de-Tende, Fontan, Breil-sur-Roya, Fanghetto, Airole, Trucco.
Autant que la traversée des villages, les caractéristiques générales de l’itinéraire, tels les goulets de circulation de Fontan, du pont de l’Arme, et de San Michele, sont incompatibles avec la circulation accrue des poids lourds les jours ouvrables et des transits pendulaires de fin de semaine qu’engendrerait un nouveau tunnel.

Dans ce contexte, et compte tenu des nuisances et risques générés par la route, des restrictions à apporter à l’émission des gaz à effet de serre et de l’augmentation du prix du pétrole, les organisations signataires de cette motion et les signataires de cette pétition demandent à ce que les maires, les associations, et les populations françaises et italiennes des deux vallées de la Vermenagna et la Roya, débattent ensemble des problèmes liés aux transports ferroviaires et routiers, locaux et internationaux, afin de revoir les orientations prises il y a près de vingt ans.

Organisations signataires (au 2 juin 2010)
Amis du Rail Azuréen ; Association des Amis de la Vallée de la Bendola ; Association Aux Arbres ; CEEP 06 (Espaces Naturels de Provence) ; FARE-Sud ; France Nature Environnement ; FNAUT ; Fondo per la natura (WWF) Imperia ; Foyer rural de Tende la Brigue ; GADSECA ; GIR Maralpin ; Italia Nostra Imperia ; Legambiente Imperia ; Les Verts 06 ; Lou Recampoun ; Mountain Wilderness France ; Roya Expansion Nature ; Signes ; Spirale ; Syndicat National de l’Environnent ; Vert l’Avenir