Bulletin du 2 Septembre 2021

Chers adhérents et sympathisants,

        nos émissions massives de gaz à effet de serre ont des effets qui ne sont plus seulement une lointaine menace pour les années 2050. Ils sont présents dans notre quotidien !

Les températures moyennes annuelles toujours plus élevées se traduisent par des sécheresses intenses à certains endroits et des concentrations de masses froides ou humides dans l’atmosphère à d’autres endroits. Les conséquences sont des événements extrêmes comme les mega-feux qui se multiplient cette année, en Grèce, en Espagne, en Turquie, en Algérie, au Maroc et tout près dans le Var ; ou des inondations dévastatrices, comme en Allemagne et en Belgique le mois dernier et à l’automne dans les Alpes-Maritimes.

Les recommandations des scientifiques sont unanimes : il faut sortir des énergies fossiles, laisser le pétrole sous terre. Le Haut Conseil pour le Climat, dans son rapport annuel du 30 juin  indique : « Il n’est pas possible de continuer à émettre des gaz à effet de serre en pensant qu’il sera possible de s’adapter à n’importe quel niveau de changement climatique » et aussi « Le secteur des transports en France est le premier contributeur aux émissions de gaz à effet de serre territoriales avec une part de 31 % en 2019, soit 136 Mt éqCO2 » 

Alors, qu’est ce qu’on attend ? On attend que l’économie soit prête, que l’industrie soit prête, que les gens soient prêts ? Bref, on attend qu’il soit trop tard ? D’avoir été durement touchés par un de ces épisodes extrêmes ne nous oblige-t-il pas à peser sur les choix qui sont faits pour les transports dans la vallée?

Le Conseil Départemental a employé de gros moyens pour réparer de toute urgence la RD6204. Des contrats avec les entreprises étant déjà engagés, les travaux ont pu commencer tout de suite, sans qu’il y ait de concertation, ni d’analyse du bien fondé de la reconstruction à l’identique ; trouver 70 millions d’euros ne semble pas non plus avoir posé de problème. Même urgence pour le doublement du tunnel du col de Tende, peu importe les surcoûts réclamés par Edilmaco pour les malfaçons et pour refaire le viaduc à la sortie du côté français. Le doublement du tunnel n’est pas remis en question et les 8000 véhicules/jour doivent pouvoir passer au plus vite !

Dans cet élan du « quoi qu’il en coûte » on pouvait s’attendre à ce que l’Etat et la Région appliquent les mêmes largesses pour le train. Mais là tout devient compliqué. Puisque la ligne a résisté à la crue, et démontré son utilité, il a bien fallu réparer les deux ouvrages impactés. Les 20 M€ nécessaires ont été trouvés (environ 10 pour l’Etat, 7 pour la Région et 2 pour le Département), mais pas question de faire plus pour la remettre à vitesse normale. Quant à lui rendre son fonctionnement international avec des Nice-Turin en 3h, c’est pour bien plus tard avec une vague estimation de 60 M€ que personne ne veut engager. D’ailleurs l’Italie devra payer pour le tronçon français au-dessous de Breil. Il semble que pour l’Etat, faire traîner la signature d’une convention équitable avec l’Italie permet de ne rien engager. La Région s’en tire avec la gratuité provisoire qui, si elle a apporté un afflux touristique ponctuel, ne résout aucun des problèmes de l’infrastructure.

Il y aurait peut être un moyen de réorienter cette politique ! Imaginons que les 5 municipalités de la Roya se concertent, comme elles ont su le faire pour arrêter les poids lourds dans la vallée, et qu’elles organisent des actions, manifestations, pétitions, tribunes, lobbying, blocages, grèves… pour une Coopération de l’étoile de Breil, pour que l’Etat et la Région prennent enfin la mesure du potentiel international de la ligne ferroviaire et débloquent maintenant les sommes nécessaires à la rendre opérationnelle. Voilà une action commune qui nous mettrait sur la voie du développement durable et qui, si elle est vraiment conduite en association avec tous les habitants, aurait une chance d’aboutir.

Nous étions avec les élus devant le Tribunal Administratif de Nice.Image extraite d’un article de Nice-Matin : https://www.nicematin.com/vie-locale/dans-la-vallee-de-la-roya-le-combat-contre-les-poids-lourds-continue-387692

En attendant voici des nouvelles des actions de REN

Le Train

REN est membre d’un collectif réunissant des associations de défense des lignes du territoire et des trains de nuit, qui militent pour leur réhabilitation. C’est le réseau #EnTrain. Le journal Le Monde a publié une tribune du collectif. C’est ICI sur notre site.

On rappelle aussi cette lettre ouverte de REN au Président de la République pour la mise en place d’une navette ferroviaire – La lettre est ICI 

La centrale à béton de Breil-sur-Roya

Pour simplifier l’approvisionnement des chantiers de la RD6204, une centrale à béton a vu le jour à Breil-sur-Roya. L’installation s’est faite sans permis de construire et sans l’évaluation d’incidence sur le site Natura 2000, site à chauves souris FR 9301566,  dans lequel elle est implantée.Un collectif de riverains excédés par le bruit a donné l’alerte. Nous lui avons apporté notre soutien technique dans ses démarches.En tant que membre du comité de pilotage du site Natura 2000, REN a réclamé auprès de la préfecture la communication du dossier de déclaration. Mais à ce jour l’entreprise Vicat n’a toujours pas fourni les documents qui auraient dû être présentés pour avoir l’autorisation d’exploiter. L’entreprise doit prouver qu’elle respecte la réglementation détaillée ici:  https://aida.ineris.fr/consultation_document/3641

Lit et berges des cours d’eau après le 2 octobre

Une première réunion en préfecture en février 2021 n’ayant eu aucun résultat, nous avons à nouveau sollicité un entretien, cette fois accompagnés des associations de la Vésubie/Tinée affiliées comme nous à France Nature Environnement. Nous avons été reçus le 25 juin.

Dans un premier temps, deux documents « pédagogiques » ont été présentés par un représentant de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et par la directrice du service Restauration des Terrains de Montagne (RTM). Le message était clair : il y aura d’autres crues de ce type dans l’avenir proche et il est préférable de ne pas toucher au nouveau lit de la rivière tel qu’il s’est formé.

Dans le Riou à Tende

Nous avons pointé le décalage entre ce discours et les opérations réellement menées par le SMIAGE dans les cours d’eau, notamment les « chenalisations », et nous avons demandé que les descriptions des futurs travaux soient connues du public. Rappelons que selon la loi sur l’eau, toute intervention dans le lit d’une rivière doit faire l’objet d’au moins une déclaration en préfecture qui est rendue publique. Mais lors de la réunion, le préfet délégué à la reconstruction et la direction de la DDTM ont affirmé que, dans le cas présent, les 198 dossiers déposés par le SMIAGE relevaient de l’urgence et qu’ils n’étaient pas communicables.

Les résultats détaillés des études sur la nature et les effets de la crue (Retour d’expérience, RETEX) ne pouvaient pas non plus nous être communiqués parce que les études n’étaient pas finies !

Nous avons saisi la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) pour faire valoir notre droit à l’information.

Le Festival des passeurs d’humanité

Il s’est déroulé du 12 au 17 juillet https://passeursdhumanite.com/ . Les organisateurs du festival ont proposé à des acteurs locaux une représentation à la tribune lors des débats. Des membres de REN ont ainsi participé sur deux thèmes :

« Que s’est-il passé le 2 octobre ? » Filmé par « A Téla Briienca » 
https://www.facebook.com/watch/live/v=500281034415162&ref=watch_permalink
« Quelle vallée verte ? » Animé par « Remontons la Roya »
https://www.facebook.com/groups/328187175155489/posts/495770411730497

PGRI

Une consultation du public a été ouverte sur la révision du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et le plan de gestion des risques d’inondation (PGRI), qui fixeront le cap des politiques de l’eau et de gestion des inondations sur le bassin Rhône-Méditerranée de 2022 à 2027.

REN a contribué au SDAGE en participant à la rédaction des Avis de France Nature Environnement. Cette fédération d’association ayant un statut de participant institutionnel. Pour le PGRI, nous avons rédigé une note individuelle mettant l’accent sur l’absence de diagnostic concernant les risques d’inondations du Haut-Pays. Le document est ici sur notre site. 

Carte extraite du projet de PGRI: le haut-pays n’est pas pris en compte.

Besoin de concertation

L’idée d’ouvrir des ateliers où se retrouveraient des élus, des administrations et des citoyens est toujours d’actualité. Nous préparons une session pour bientôt. Vos avis et soutiens sont indispensables.

Merci et à bientôt. Le CA de REN

Lettre ouverte des usagers de la ligne Nice/L’Escarène/Sospel/Breil/Tende/Cuneo et Vintimille

AUX DECIDEURS DE LA REGION, DE SNCF-RESEAU, DE L’ETAT,
AUX ELU.E.S

POUR LA MODERNISATION DE LA LIGNE
NOUS VOULONS DE VRAIES REPONSES A NOS QUESTIONS !

La ligne Nice/L’Escarène/Sospel/Breil/Italie (Cuneo et Vintimille) irrigue plusieurs vallées. Les évènements de l’automne 2020 ont apporté la démonstration qu’il s’agit bel et bien d’une ligne de vie, indispensable pour la vie quotidienne de nos territoires (aller au lycée à Drap, profiter des services de santé de Nice, ou tout simplement aller rencontrer ses amis du village voisin). Elle constitue également un atout considérable pour la découverte de nos villages et de nos montagnes, comme en témoigne le succès du « Train des Merveilles ».

La ligne a été fragilisée par la tempête Alex mais beaucoup disent que les inondations l’auraient sauvée (des annonces fantaisistes dans les médias, allant jusqu’à 395 M€, ont pu faire croire que la liaison ferroviaire allait bénéficier d’une manne extraordinaire). Nous demandons à voir car les informations données à nous, acteurs associatifs du territoire, engagés pour sa modernisation sont rares, fluctuantes, imprécises. Seuls sont financés les travaux de remise en état du pont à arcatures de Fontan et des abords du tunnel de Biognia à St Dalmas de Tende et quelques opérations mineures. Le montant total est de 20 M€, avec un engagement très limité de la Région (7,48 M€) pourtant concernée au premier chef, et qui s’était pourtant engagée dans le Contrat de Plan Etat/Région à investir 15 M€

Nous avons besoin de réponses de la Région, de la SNCF, de SNCF Réseau et de l’Etat quant à son devenir à court, moyen et long termes :

  •  Quand pourrons nous suivre la Roya en train jusqu’à Vintimille ; quand le parcours Breil- Tende sera-t-il rétabli, avec quelle fréquence? Avant le 2 octobre, le premier train au départ de Tende était à 11h45, arrivée à Nice à 14h05, et pour le retour, rien après 14h56 : juste le temps de boire un café en gare de Nice !
  •  Les négociations franco-italiennes qui durent depuis des années vont-elles enfin déboucher sur un accord clair de partage des responsabilités permettant à RFI et SNCF Réseau de garantir le bon entretien et d’investir ?
  •  Quand les nombreux ralentissements qui affectent toutes les branches de la ligne seront-ils supprimés, y compris le ralentissement à 40 km/h vers Vintimille ?
  •  Les travaux de réparation du tunnel de Braus sont-ils financés ? On parle d’une fermeture de seize mois, est-ce exact ? Si c’est le cas, c’est considérable et il faudra atténuer au maximum les conséquences très négatives pour nos vallées, à commencer par la possibilité de maintenir la ligne jusqu’à L’Escarène. Qu’on ne nous dise pas que c’est trop compliqué ! Il faut profiter de cette période pour faire des travaux sur toute la ligne pour des circulations plus nombreuses, plus rapides.
  •  Qu’ont prévu la Région et la SNCF pour remplacer les trains diesel ? Electrifier la ligne ? Des trains à hydrogène ? Là encore nous attendons des réponses.

Il ne suffit pas de déclarer dans les médias que « la ligne et sauvée ». Nous attendons du Président du Conseil Régional des actes, à commencer par la publication de la date de réouverture de la ligne Nice- L’Escarène-Breil-Tende et un engagement sur deux aller-retour supplémentaires entre Breil et Tende, un en début de matinée et un en fin en soirée. Nous attendons des perspectives, mais aussi du dialogue avec les associations d’usagers qui se battent pour la « ligne de vie ».

Signataires :
Association Via Europae c.o. Michel Braun – Tél. 06.10.61.28.89
Association des Amis du Rail Azuréens mail : amisdurailazuréen06@free.fr Tél. 06 95 30 60 43
Association ACME-Pays des Paillons – contact@acme06.org
Association Roya Expansion Nature (REN) – https://ren.roya.org, associationren06@gmail.com
Creative Riviera creative.riviera@free.fr
Sospel Environnement
Comité franco-italien pour la défense de la ligne Nice – Tende – Cuneo – Ventimiglia,
mail : nice.tende.en.train@gmail.com – www.facebook.com/LaCuneoNizzaUnisce
Collectif sauvegarder et promouvoir la ligne Nice – Sospel – Breil – Tende – Cuneo
mail : collectif-ligne-nice-breil-tende-cuneo@ouvaton.org – Tél. 06 74 59 71 00

Unis, oui, mais pas pour un Grand Projet Inutile

L’association REN a pris connaissance avec consternation des propositions d’une “association de promotion sociale” transfrontalière, qui tend à rétablir purement et simplement la situation antérieure en ce qui concerne le tunnel, propositions vagues, abstraites et assorties de l’affichage d’une prétendue préoccupation “éco-durable”.

En réponse à ces propositions, nous rappelons que notre démarche depuis des années est “Unis pour la ligne ferroviaire Cuneo-Ventimiglia-Nice”, et que nous demandons :
la révision complète du projet de doublement du tunnel routier pour permettre une liaison locale, sans les poids lourds de plus de 19 t, ni les 8000 véhicules/jour sur la route inadaptée,
le financement de la ligne ferroviaire pour la rendre à nouveau fonctionnelle et utilisable pour les navettes de véhicules,
l’abandon de la convention de 1970, qui fait injustement peser la charge de l’infrastructure sur l’Italie.

Photo de l’affiche dans une rue de Saorge

Danger pour la liberté d’association

REN partage l’inquiétude de Roya Citoyenne sur le Projet de loi confortant le respect des principes de la République 

C’est une loi liberticide. Le projet de loi permettra de “constater” des infractions non précisément définies. La référence à l’ordre public pose problème: il suffira qu’il y ait eu de la casse après une manif ou un rassemblement auquel REN aurait appelé pour qu’on puisse menacer de la dissoudre ou de lui faire perdre son agrément, alors même que notre démarche a toujours été légaliste.

DANGER-Projet-de-loi-07-04-21

Bulletin du 29 Mars 2021

Chers adhérents et sympathisants, 

Ce n’est pas simple de tenir dans le temps! Cette crue, qui a touché tout le monde, n’en finit pas de révéler ses conséquences, aggravées  par la pandémie. S’organiser, s’adapter, restent les maîtres mots avec une accumulation des difficultés plus on habite haut dans la vallée. Pourtant les projets fleurissent, avec en parallèle les demandes pressantes de concertation. Reconstruire, oui, mais pas en déléguant aux seuls élus ou aux administrations. Les habitants ne pourront surmonter la crise qu’en étant pleinement associés aux informations, aux choix et aux décisions.Nous essayons de faire entendre ce besoin de participation décisionnelle au travers de démarches et de prises de contact.En attendant d’être entendus, voici quelques nouvelles des actions suivies par REN depuis le mois de novembre.

Assemblée Générale

Elle s’est tenue le 5 février 2021 en visioconférence.Le lien vers les compte-rendus pour l’année 2020 est ici. A cette occasion Alice Rousselot, journaliste à Nice-Matin, nous a consacré un article. (Article complet sur le site de REN)


Concertation et participation décisionnelle – La CARF en maître d’ouvrage de de la reconstruction

Nous avions adressé un premier courrier aux préfets et collectivités territoriales pour demander un processus transparent pour la reconstruction (nouvelles de REN de Novembre).
A la suite de la réponse du président de la CARF et de la parution d’un article de presse sur son souhait que cette collectivité devienne le maître d’ouvrage de la reconstruction de la Roya, nous avons spécifiquement adressé un courrier aux élus de la CARF où nous demandons l’instauration d’un débat public ouvert à tous pour la reconstruction de la vallée.  (La lettre aux élus de la CARF)

Rencontre avec le maire de Breil-sur-Roya

Le courrier aux élus de la CARF n’ayant pas eu de réponse, nous avons demandé un rendez-vous au maire de Breil-sur-Roya, M. Sébastien Olharan. Sa position de président de la commission GEMAPI à la CARF nous a conduit à l’interroger principalement sur les questions liées aux cours d’eau. Au cours de l’entretien, qui a duré 1h30, ont été abordées: les études de retour d’expérience de la DDTM, les implications sur les futurs Plans de Prévention des Risques, les priorités de traitement des berges et l’information du public sur ce points.Le compte-rendu est ici : https://ren.roya.org/?p=914


– La rencontre avec le préfet délégué à la reconstruction des vallées

Nous avons souhaité porter au plus haut niveau la demande d’information et d’implication des habitants de la Roya, à commencer par la communication des études hydrologiques et géomorphologiques conduites par la DDTM. La rencontre avec Xavier Pelletier n’a pas permis de l’obtenir pour le moment. Les documents de retour d’expérience produits par le service RTM conditionnent les décisions qui seront prises par la suite. C’est pour cette raison, et parce qu’ils ne sont pas complets, qu’ils ne sont communiqués qu’aux maires. Le préfet indique que le public devra attendre la publication du “Porté à Connaissance” de la préfecture et que des réunions ouvertes à tous devraient être organisées dans quelques temps. Le compte-rendu est ici : https://ren.roya.org/?p=910

A noter: pour illustrer la tenue de “réunions d’appui à la GEMAPI” avec les maires, la préfecture a publié sur Twitter un petit extrait des documents que nous demandons. Faute de mieux, nous en avons reproduit un agrandissement commenté sur notre site : Extraits de documents RTM


Le tunnel du col de Tende

On dirait que le franchissement du vallon de La Ca soit un vrai casse tête, en tout cas pour les italiens. Parce que du côté français c’est silence radio !

Le fort Central et les restes des viaducs du vallon de La Ca

Un article de La Stampa, nous informe que le vice-ministre des transports Alessandro Morelli  s’est déplacé sur le chantier pour annoncer une réunion de travail sur les solutions proposées, le 19 avril, et une réunion de la CIG le 5 mai.https://www.lastampa.it/cuneo/2021/03/22/news/tenda-bis-un-tavolo-tecnico-il-19-aprile-per-analizzare-le-modifiche-al-progetto-1.40059050

REN persiste et signe : le projet doit être révisé. La circulation, réservée aux véhicules de moins de 19 t, peut se faire sur seul tube, en alternance totale, avec le feu remonté au tunnel, le deuxième tube servant de galerie de sécurité. Une économie substantielle qui permettra de financer le train.

En ne facilitant pas l’usage de la voiture, on encourage le passage du col en train. C’est bien cela la transition écologique !

Et le train

REN a cosigné les “20 propositions pour un printemps du train des Merveilles”  (Texte des associations).

Pour autant, personne ne sait quand la liaison sera rétablie entre Breil et Tende, ni combien de trains vont circuler, ni si on a la moindre chance d’obtenir un service de navette ferroviaire pour les véhicules légers, sans parler du fret. Seule certitude: on reste à 40 km/h !
Des chiffres mirobolants sur les financements sont apparus dans la presse : Fake News! La ligne sera réparée à minima: les chiffres sont dans la délibération du 17 décembre de la Région.

Les sentiers et les hommes

Un appel à la reconstruction concertée des sentiers, sous forme de lettre ouverte, vient d’être mis en ligne sur le site de Roya citoyenne Ici. Nous sommes solidaires de cette démarche : elle s’adresse aux élus et aux administrations pour réclamer que les principaux acteurs de l’accompagnement en montagne soient impliqués dans les choix des parcours réhabilités et qu’ils soient prioritaires pour les contrats de mise en oeuvre.

Déchets

L’image de nos déchets passant au-dessus de nos têtes, dans des sacs suspendus par un câble à un hélicoptère, a donné à réfléchir. Un projet de compostage collectif à l’échelle des communes sur toute la vallée est en train de voir le jour;  REN soutient cette démarche avec Roya en Transition et Curieux de Nature.
Parmi les décharges avalées par le crue, il y a celle de Loubé, entre Tende et Vievola: là où passe maintenant la rivière, les scories de l’incinérateur d’ordures ménagères de Tende (mais pas que…) ont été déposées pendant plus de 10 ans. 

Route de Vievola- Loubé

Dans les médias

L’émission de France Inter consacrée à la Roya.Dans “Interception” la journaliste Vanessa Descouraux donne la parole à REN. Le lien pour le podcast: https://www.franceinter.fr/emissions/interception/interception-03-janvier-2021

Si le cœur vous en ditLe programme Concert’eau recherche des témoignages:http://www.concerteaux-iisl.eu/fr/tempete-alex-in-valley-roia-temoins-transfrontaliers/

Merci de vos soutiens et à bientôt. Le CA de REN


Bulletin du 25 octobre 2020

Chers adhérents et sympathisants, 
20 jours après la crue de la Roya, la sidération fait peu à peu place à l’analyse et aux projets.Dans les groupes et collectifs, sur les réseaux sociaux, dans les réunions de concertation, le questionnement sur la reconstruction se profile au milieu des messages d’entraide. 

Qu’est ce qu’on veut faire de la vallée?

Notre association mène cette réflexion depuis des années à partir d’un principe: les équipements, les activités économiques, le traitement des déchets, le choix des modes de transports et d’urbanisme ne peuvent se concevoir sans tenir compte de la qualité de l’air, de l’eau, et la préservation de la biodiversité. 

Dans ce bulletin et dans les prochains nous allons reprendre des dossiers que REN suit en Roya en mettant en perspective la préservation de l’environnement et la nécessaire transition écologique avec la situation actuelle et les informations qui nous parviennent.

Pour passer le col de Tende


Après la reprise des travaux sur le chantier de doublement du tunnel routier, en octobre 2019, nous avions perdu l’espoir d’obtenir la révision du projet. La destruction massive de la RD6204 y compris les ouvrages d’accès au tunnel remet tout à plat.
Nous n’avions pas pu obtenir les rapports du CEREMA après la découverte de l’ampleur des malfaçons en 2017. Mais une publication du géologue italien, Giorgio Martinotti vient mettre en lumière des erreurs de conception manifestes plus déterminantes encore. La publication est ici : https://media.laguida.it/uploads/2020/10/16153708/TENDA-ottobre-2020-gmart.pdf et une traduction des textes est en pièce jointe.

Images extraites de la publication de G. Martinotti le 16 octobre 2020

Le diagnostic:
– Le vallon de La Ca, dont l’effondrement a emporté les deux ponts à l’entrée du tunnel, rend impossible toute construction à cet endroit.
– L’élargissement des 4 derniers lacets repose sur une zone instable.
– La nouvelle galerie présente de graves défauts d’étanchéité et son percement à rendu possible des infiltrations massives d’eau dans le tunnel actuel.

La conclusion
l’ensemble des travaux réalisés jusqu’à ce jour sur le versant français du col ne sont plus viables. 

Nous avions avancé des arguments similaires, en plus des autres arguments sur la pollution et la transition énergétique. Les demandes répétées de révision du projet, y compris devant le tribunal administratif, n’ont jamais été prises en compte. Notre dernier communiqué de presse fait un bilan des erreurs cumulées par les mauvais choix concernant les transports dans la vallée. Il est ici : https://ren.roya.org et il a été repris par Nice-Matin le 16 octobre.

Des millions d’euros engloutis alors que la ligne ferroviaire se mourait faute de financement.Mais voilà, maintenant, et pendant quelques années, pour passer le col nous avons le train! 

Il faut saisir l’occasion pour rendre cette ligne opérationnelle. Il faut des navettes porte-voitures à heures fixes et une desserte passager cadencée, suffisante pour absorber un trafic au moins égal à celui qui passait en voiture. Activer les trains de nuit et de fret. 
Une récente délibération  de la Région Sud donne de l’espoir, elle est ici; mais quand même:  580 millions d’euros d’ici 2032 pour les 500 km de lignes de desserte fine en PACA, c’est 1,16 millions par kilomètre en 12 ans…on est bien loin du compte et des besoins pour la pérennisation de la ligne ! La pression sur la Région doit rester forte.
Et pour la route, … il est temps de se poser et d’ouvrir une large concertation, avec débat public et nouvelle enquête. Le chantier ne pourra pas reprendre comme si rien ne s’était passé.
Nous savons que du côté italien il y a des pressions pour construire un tunnel plus bas.M. Martinotti propose lui une solution qui consiste à déplacer le point de sortie du tunnel du côté français, tout en conservant la partie creusé du côté italien; l’ensemble étant élargi à un gabarit à double sens avec l’actuel tunnel en galerie de secours.Pour REN, la seule solution qui permette de ne pas revenir au tout routier est un tunnel à une seule voie,en alternance totale… mais d’ici là, toute le monde circulera sur le rail !

On a su faire par le passé, mais à l’époque SNCF avait envoyé la facture aux communes.

Et pour comprendre ce qui s’est passé 


– Un article de Johan Berthet, géomorphologue, sur le phénomène d’alluvion après les pluies: https://www.linkedin.com/pulse/premiers-%25C3%25A9l%25C3%25A9ments-danalyse-de-la-crue-du-02102020-roya-johan-berthet/?trackingId=
– Une transcription de l’interview sur France-Culture de Caroline Muller  (climatologue, chercheuse au CNRS que nous avions déjà mentionnée dans le dernier bulletin). Avec cette conclusion : “Pour le réchauffement climatique, plus que la fréquence des événements cévenols, c’est leur intensité qu’on s’attend à voir augmenter. Il y a un consensus très fort là-dessus”.https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/vallees-de-larriere-pays-nicois-comment-expliquer-les-crues-exceptionnelles

Reconstruisons sans détruire.
Le CA de REN

Circulation dans la Roya: c’est comme avant !

Réintoxication du monde

Tous les appels à réduire notre consommation, à changer nos modes de transports, à contenir la pollution semblent déjà inaudibles: le dimanche 21 juin 2020, la circulation sur la RD6204 était aussi dense qu’avant le confinement. C’est reparti pour du bruit, beaucoup de bruit, de l’ozone et des particules fines… mais personne n’est prêt à faire fonctionner correctement la ligne ferroviaire.

Filmé entre 15h30 et 16h : une moto de grosse cylindrée à la minute.
Et pas à 30 km/h !

Vous avez dit tourisme Vert ?

Devant le Musée des Merveilles à Tende

Les poids-lourds passent dans la vallée à la nuit tombée!

Nous mettons en ligne des vidéos qui montrent que des camions de plus de 19t passent pratiquement toutes les nuits. D’autre témoignages sont sur les pages Facebook de ” RADAR ET TRAFIC ROYA ” et” RADAR-DU-COVID-19-ROYA-OFFICIAL

Le 5 mai, petit aperçu du trafic dès 3h du matin

La 4 mai au matin certains ont été arrêtés à Saorge

La vidéo du 28 avril un camion cimentier ait dû faire demi-tour, à la suite d’une rencontre avec une patrouille de police.

21 avril à 21h57
Le 20 avril à 21h puis 21h 15
A 3h du matin le 17 avril
Le 6 avril à 21h50
Le 3 avril à 21h50
Le 2 avril à 20h45