Desintox

Travaux dans le lac de Breil-sur-Roya après la crue

Depuis un certain temps, la rumeur publique est porteuse d’une information fausse et fantaisiste, concernant l’absence de curage du lac de Breil suite à «l’opposition des écologistes», en raison de la présence, alléguée ou réelle, d’espèces aquatiques protégées.

Il faut savoir que le curage des cours d’eau et plans d’eau est devenu quasiment prohibé par la LEGISLATION et la REGLEMENTATION sur l’eau, notamment en vue de la protection des espèces, indépendamment de toute «pression» associative dans ce sens.

Le curage est une opération exceptionnelle relevant de la police de l’eau et des milieux aquatiques (rubrique 3.2.1.0. de la nomenclature technique annexée à l’article R 214-1 du code de l’environnement), soumise à autorisation préfectorale dans la plupart des cas.

Actuellement, seule la CARF peut le demander en raison de sa compétence GEMAPI (Gestion de l’Eau et des Milieux aquatiques, et Prévention des Inondations). Il est faux de dire que les écologistes locaux s’y opposent, pour la bonne raison qu’à notre connaissance aucune demande d’autorisation n’a été déposée. Il est diffamatoire d’ajouter que c’est à cause de cela que les dégâts en aval du barrage de Breil on été aggravés du fait de cette prétendue opposition des écologistes au curage du lac.

Sites Natura 2000 – Comité de pilotage

Compte-rendu partiel de la réunion du comité de pilotage des sites Natura 2000 «Marguareis-La Brigue-Fontan-Saorge» et «La Bendola».

A Saorge le 13 novembre 2018

L’association Roya Expansion Nature est membre du comité de pilotage de ces deux sites Natura 2000. En attendant le compte-rendu officiel, ce document résume les notes prises par un membre de REN qui a assisté à la réunion.

  • Un contrat forestier est mis en place sur le secteur de Samson (Parcelle 54…) derrière La Brigue, marqué d’un triangle orange à l’envers, pour la préservation des arbres remarquables (sénescents), avec aussi la création d’îlots de senescence qui seront des conservatoires pour les chauves-souris car ils les protègent en limitant les variations de température. Des subventions seront attribuées aux communes pour compenser le manque à gagner au niveau de l’exploitation forestière.
  • L’UNESCO se rapproche ! Le dossier des Alpes de la Méditerranée déposé le 29/01/2018, examiné lors de la visite des experts de l’UICN en Septembre, relève des points à améliorer : la prise en compte géologique dans les DOCOB (document d’objectifs : plan de gestion, avec analyses et propositions pour définir les mesures de protection des habitats et des espèces de sites ou futures sites Nat 2000), et la création d’arrêtés de géotope (il pourrait être interdit dans ces zones classées pour leur spécificité géologique, de bivouaquer, faire des aménagements, le 4*4, le VTT, jeter des déchets, l’escalade, sortir des sentiers prévus…) Les université de Torino et Milano portent les recherchent géologiques car plus personne en 06 n’en a les compétences.
    • Le volet Biodiversité est totalement retiré, sous prétexte du fait qu’elle ne serait pas suffisante, mais chacun semble savoir que c’est uniquement des volontés politiques qui induisent cette occlusion. Seul le préfet de région pourrait apparemment faire quelque-chose pour qu’il soit réintégré.
    • En Juillet 2019, le département ministériel de [?] doit délibérer sur le dossier.
  • Suivis scientifique des orchidées à Saorge (O. Tridenbtata, O. Moucheron, O. Homme-pendu, O. brulé, Sérapias, Ophrys araneola ou araignée, Ophrys bourdon, Ophrys bouffon…)
  • Suivi des chiroptères (chauves-souris) saorgiens (murins, barbastelles, Gds rhinolophes du Monastère, Castou, casouns de la Baragne…). Les grands rhinolophes ont quasiment doublés cette années (208). Forte concentration vers Samson (gouffre)
  • Journées de sensibilisation prévues (orchidées Saorge, journées de formations murs en pierres sèches, animations écoles…), et plaquette d’identification des orchidées Natura 2000 avec livret.Projet d’expo photo pour promouvoir le coté préservé de la CARF (nature et patrimoine bâtis…) Des événements / animations sont prévus, sorties terrain, animations, avec chartes Natura 2000, charte association nature et de Prévention du Ciel Nocturne et charte Zéro Pesticides.

Dans la discussion :   Apparemment, le frelon asiatique ne décime pas que les abeilles… Il attaque fortement les pyrales du buis en début de saison. Une étude est réalisé autour des pyrales du buis, dans le cadre de l’étude de l’habitat des spélerpès (humidité gardée par les buis…). Par ailleurs, la forte concurrence les entraîne à se tuer entre elles. La majorité des animaux invasifs arrivent apparemment par l’importation des pneus, et en second plan des poteries…

Thibaud. Le 21 novembre 2018.

Communiqué de presse de l’association Roya Expansion Nature et du collectif Sauvons la Roya.

Vallée de la Roya, dimanche 28 mai 2017

Doublement du tunnel de Tende : un nouveau tube plus dangereux que l’ancien !

Le 24 mai dernier, dans le cadre d’une enquête menée par la Finanza italienne en coopération avec la France, le chantier du nouveau tunnel de Tende a été saisi. 17 personnes, parmi lesquelles le directeur des travaux de l’ANAS et le directeur technique du chantier (de l’entreprise Fincosit, chargée des travaux), ont été mises en examen pour vol aggravé et détournement de biens publics, ainsi que détention illégale d’explosifs. 9 mesures provisoires, dont 5 assignations à résidence ont déjà été prononcées et les salariés (italiens) de Fincosit ont reçu un billet aller simple pour rentrer chez eux. « Nous avons agi pour éviter une catastrophe », a déclaré la procureure de Cuneo Francesca Nanni. Et pour cause : une partie des matériaux qui auraient dû être utilisés pour la construction du nouveau tube a été détournée et revendue [1]. Il est maintenant avéré qu’un certain nombre d’ouvrages devront être refaits pour malfaçons et les travaux sont arrêtés pour au moins 5 mois.

Pour le moment, la presse et les autorités italiennes semblent être les seules à accorder un véritable intérêt à cette situation, qui est pourtant très grave. « On dirait même que la presse et la télé ont été mises au silence », témoigne Jean N. du collectif Sauvons la Roya. Pourtant, cela fait des années que les associations [*] de la vallée de la Roya dénoncent la façon dont les travaux se déroulent sur le chantier : malfaçons, intimidations, omerta sur les informations qui devraient être pourtant publiques :

·         Refus des autorités de communiquer sur les extractions d’eau sulfatée rejetée directement dans la Canelle, une des sources de la Roya, pendant 2 ans. Suite à la plainte de l’association REN devant le tribunal administratif, une station de traitement des boues a été installée, mais elle est sous-dimensionnée et les rejets en milieu naturel se poursuivent sans contrôles.

·         Refus des autorités de respecter l’engagement initial de transporter les déblais d’anhydrites par le train et de nous informer sur la façon dont ils sont triés et évacués.

·         Silence du procureur de la république saisi des non conformités du nouveau viaduc lequel, sans doute à cause des malfaçons de ses piliers, fait obstacle au couloir d’avalanche du vallon de la Ca.

·         Refus de l’ANAS de prendre en comptes les remarques sur les visibles déformations de l’immense mur de soutènement d’un des nouveaux lacets.

·         Refus du conseil départemental 06 de communiquer le diagnostic complet de la route d’accès au colde Tende, la RD6204. La CADA vient de confirmer que ce document doit nous être communiqué, or nous ne l’avons toujours pas.

·         Refus des préfets successifs d’organiser une consultation locale, avec les associations et la population, pour une révision de la finalité du projet.

·         Silence de la cour des comptes sollicitée par l’association REN pour une vérification des sommes en jeu.

·         Obstacle de la préfecture à l’organisation de manifestations par les associations pour faire connaître les risques de ce projet surdimensionné.

Aussi nous pensons qu’il est grand temps qu’un audit technique et financier (portant sur le nouveau coût du chantier) soit engagé. La presse italienne nous informe que « des consultants et des experts judiciaires vont étudier les ouvrages pour vérifier s’ils sont conformes au projet et aux règlements. » [1] « Espérons que les autorités françaises ne restent pas aussi mutiques et absentes qu’elles le sont actuellement. Il s’agit de notre sécurité !», note Andrea du collectif Sauvons la Roya.  Nous continuerons à faire appel à la justice pour contraindre l’administration française à prendre la mesure de l’aberration que constitue ce projet démesuré. Nous réclamons la plus totale transparence sur la suite des événements ! Nous nous montrerons vigilants et intransigeants !

Roya Expansion  Nature (REN – www.ren.roya.org – association agréée)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

[*] Contact :

[1] www.lastampa.it/2017/05/27/edizioni/cuneo/inchiesta-sul-tenda-bis-sfilano-dal-giudice-indagati-BS5abQLimtLDJV5XIyuHrI/pagina.html

 

Communiqué de presse : De la nécessité de faire de l’éco compostage dans nos territoires

Dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, les associations France Nature Environnement Paca, Région Verte et Roya Expansion Nature ont projeté le 19 novembre à Breil le film « Trashed » réalisé par Jeremy Irons. Ce film fait état des impacts catastrophiques des politiques mondiales d’élimination de nos déchets.  Il traite des impacts de l’incinération, notamment la production de dioxine dont les effets dévastateurs sont tristement évoqués par les conséquences de l’agent orange dispersé lors de la guerre au Vietnam. Il s’applique à montrer les effets des décharges, des déversements et des enfouissements, en particulier les résultats sur les espèces marines des milliers de tonnes de plastic qui arrivent dans les océans. 

trashed

Le film a été précédé d’un apéro-débat, une trentaine de personnes étaient présentes, dont deux élus de Breil.  Les associations avaient invité la chargée de l’environnement et des déchets de la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française et de la Roya (CARF), qui avait décliné l’invitation mais avait cependant répondu à certaines de nos questions par mail, et en particulier celle sur l’absence de création d’unités de compostage dans le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) Version 6 du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de la CARF en cours d’élaboration. Les SCOT sont très importants car ils déclinent les politiques d’aménagement qui vont être menées pendant 20 ans sur un territoire.

La CARF nous a répondu que “les process de compostage d’ordures ménagères nécessitent la création de sites classés ICPE et des minimums significatifs de tonnages à traiter pour en rendre le coût acceptable. “ La réponse de nos associations est que notre production de déchets humides sur la CARF est si importante (1 à 2/3 de nos poubelles grises) que l’on voit mal comment on ne pourrait pas dégager le tonnage nécessaire à faire fonctionner une à trois unités de compostage sur ce territoire. C’est d’ailleurs ce que recommande l’Etat Initial de l’Environnement (EIE), document d’analyse du territoire, et on peut se demander à quoi servent ces coûteuses études si elles ne sont pas suivies d’effet.

Certes, le compostage à un coût, mais pas plus important que le coût d’élimination des déchets de la CARF qui a augmenté de 25% à cause du transport d’une grande partie d’entre eux par camions, depuis des années, vers les Bouches du Rhône et maintenant le Vaucluse. A ce sujet, les élus du Plan d’Elimination des Déchets du 06 nous ont dit qu’il était impossible de les transporter par train, mais est-ce bien réel quand on transporte des quantités de matière ainsi pendant des dizaines d’années sur des centaines de kilomètres ? De plus, les coûts indirects de l’incinération sur la santé ne sont pas pris en compte dans les coûts globaux des politiques de déchets.

« Trashed » expose très clairement les dangers que fait subir l’incinération aux populations et aux terres proches de ces installations via la présence de nanoparticules dans les fumées qui ne sont pas assez retenues par les filtres dont on dispose actuellement et les résidus (mâchefers) chargés de toxiques. De plus, une grande quantité de déchets humides compromet l’incinération en abaissant le pouvoir calorifique ; il faut alors utiliser un combustible pour brûler les fermentescibles. D’où une ardoise carbone négative et la production de cendres dont le coût sera très élevé à mettre en décharge de classe 1 à Nîmes-Bellegarde, contrairement au recyclage naturel par compostage qui ne génère aucun déchet et permet l’amendement des sols pour les jardins publics et les particuliers qui peuvent aussi s’en servir pour leurs potagers.

Il existe des éco composteurs de toutes tailles : individuelles pour les particuliers, collectifs pour les villages de quelques centaines d’habitants, jusqu’aux installations classées pour les plus gros tonnages. Un centre d’étude existe à Digne qui permet une meilleure approche du matériel correspondant au volume à traiter. Il nous apparait très important que la CARF les contacte pour avis sur nos possibilités de compostage local, et que nos élus réservent du foncier dans les Plans Locaux d’Urbanisme pour les unités de compostage futures nécessaires à nos territoires.

 

Pollution par le chantier du tunnel de Tende : lettre au service de la police de l’eau

Chantier des lacets du col de Tende:
Constat de déversement dans un cours d’eau 

Constats concernant les rejets :

Des opérations de purge des poches d’eau situées dans le volume du futur tunnel, qui ont commencé à l’automne 2014, sont réalisées à partir de forages effectués depuis le tunnel actuel. Le rejet des eaux de drainage a été fait directement dans le Vallon de Cannelle, milieu naturel, en utilisant l’exhaure d’une ancienne venue d’eau.

Notre association a effectué un premier constat en juin 2015 suite à des observations d’eaux troublées dans la Roya à Vievola. L’analyse des rejets a montré la présence de sulfates en quantité supérieure aux valeurs autorisées.

La préfecture des Alpes-Maritimes s’est engagée à rendre les rejets conformes, après notre recours auprès du TA de Nice en octobre 2015.

En juin 2016, constatant que les rejets étaient toujours présents, nous avons contacté l’ONEMA pour une observation commune. D’autres visites ont suivi, avec les mêmes constats, dont nous avons fait part au service de la police de l’eau à la préfecture.

En juin, un éboulement a eu lieu dans le tunnel, rendant nécessaire l’enlèvement de 1500 m3 de boue.

Le 3 octobre nous avons pu constater que le rejet dans le vallon avait fortement diminué (moins de 1l/s), même si l’eau est toujours aussi troublée. Une noria de citernes évacue de la boue et/ou de l’eau vers l’Italie. Nous ignorons s’il s’agit de la poursuite des opérations concernant l’éboulement ou si ce sont les eaux de drainage qui sont évacuées ainsi.

IF

Il n’en reste pas moins que la buse d’exhaure n’est toujours pas raccordée au bassin de décantation, vide à ce jour.

Les figures 1, 2, 3, 4, 5 et 6 montrent l’aspect de la bouche de rejet dans le vallon de Cannelle ainsi que le flot qui en sort, respectivement les 3 octobre,12 aout, 30 et 2 juillet, 27 et 4 juin 2016.

Figure 1 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 3 octobre 2016

Figure 1 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 3 octobre 2016

Figure 2 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 12 aout 2016

Figure 2 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 12 aout 2016

Figure 3 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 30 juillet 2016

Figure 3 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 30 juillet 2016

Figure 4 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 2 juillet 2016

Figure 4 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 2 juillet 2016

Figure 3 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 27 juin 2016

Figure 5 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 27 juin 2016

Figure 6 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 4 juin 2016

Figure 6 : Exhaure dans le vallon de Cannelle le 4 juin 2016

 

Projet du SCOT de la CARF

Le projet de Schéma de Cohérence Territoriale de la Communauté d’Agglomération de la Riviera française a été présenté au public lors de réunions tenues en janvier et février 2016 dans les villes de la vallée. Le document de support de ces réunions est ici: SCOT Document d’information du public.

La demande de participation de notre association aux débats a été acceptée, du fait que nous ayons un agrément pour représenter les enjeux environnementaux.