Sauver le compost de la poubelle? C’est possible!

Savez vous:
– que les déchets humides, restes de repas, épluchures… représentent 1/3 du poids de nos ordures ménagères*?
– que ces déchets sont complètement recyclables directement en compost,
– que ces déchets sont complètement recyclables directement en compost,
– que le 31 décembre 2023 les collectivités territoriales devront être capables de sortir ces déchets des rejets domestiques**?

Ces informations, ajoutées à la vision perturbante des rotations d’hélicoptère portant nos poubelles dans un bag au bout d’un filin, nous ont amenés à chercher comment éviter ce gâchis et prendre en compte la question des déchets dans la reconstruction la Roya.

Avec l’accompagnement d’un professionnel, nous avons monté un projet pilote de compostage collectif et présenté le dossier de fonctionnement et de financement aux cinq municipalités de la vallée ainsi qu’à la CARF. L’accueil a été unanimement favorable.

A ce stade:

– les sites de compostage sont identifiés et approuvés,
– les personnes en charge du suivi des composteurs sont formées,
– un premier ensemble de bacs en bois a été acheté, la fabrication locale des prochains bacs est prévue pour septembre.

Il reste à présent à faire adhérer au projet une trentaine de familles volontaires par village pour se lancer dans la démarche du compostage partagé.

Nous remercions les personnes et organismes qui ont déjà manifesté leur soutien. Tous ceux qui souhaitent aider au projet ou y participer sont les bienvenus!

Curieux de Nature – https://www.curieuxdenature06.comcurieuxdenature06@yahoo.com
Roya en Transition – http://transition.roya.org
roya.en.transition@laposte.net
Roya Expansion Nature – https://ren.roya.orgassociationren06@gmail.com

* Source ADEME: https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-35407-chiffres-cles-dechets-2019.pdf
** Article L. 541-21-1 du code de l’environnement.

Desintox

Travaux dans le lac de Breil-sur-Roya après la crue

Depuis un certain temps, la rumeur publique est porteuse d’une information fausse et fantaisiste, concernant l’absence de curage du lac de Breil suite à «l’opposition des écologistes», en raison de la présence, alléguée ou réelle, d’espèces aquatiques protégées.

Il faut savoir que le curage des cours d’eau et plans d’eau est devenu quasiment prohibé par la LEGISLATION et la REGLEMENTATION sur l’eau, notamment en vue de la protection des espèces, indépendamment de toute «pression» associative dans ce sens.

Le curage est une opération exceptionnelle relevant de la police de l’eau et des milieux aquatiques (rubrique 3.2.1.0. de la nomenclature technique annexée à l’article R 214-1 du code de l’environnement), soumise à autorisation préfectorale dans la plupart des cas.

Actuellement, seule la CARF peut le demander en raison de sa compétence GEMAPI (Gestion de l’Eau et des Milieux aquatiques, et Prévention des Inondations). Il est faux de dire que les écologistes locaux s’y opposent, pour la bonne raison qu’à notre connaissance aucune demande d’autorisation n’a été déposée. Il est diffamatoire d’ajouter que c’est à cause de cela que les dégâts en aval du barrage de Breil on été aggravés du fait de cette prétendue opposition des écologistes au curage du lac.

Sites Natura 2000 – Comité de pilotage

Compte-rendu partiel de la réunion du comité de pilotage des sites Natura 2000 «Marguareis-La Brigue-Fontan-Saorge» et «La Bendola».

A Saorge le 13 novembre 2018

L’association Roya Expansion Nature est membre du comité de pilotage de ces deux sites Natura 2000. En attendant le compte-rendu officiel, ce document résume les notes prises par un membre de REN qui a assisté à la réunion.

  • Un contrat forestier est mis en place sur le secteur de Samson (Parcelle 54…) derrière La Brigue, marqué d’un triangle orange à l’envers, pour la préservation des arbres remarquables (sénescents), avec aussi la création d’îlots de senescence qui seront des conservatoires pour les chauves-souris car ils les protègent en limitant les variations de température. Des subventions seront attribuées aux communes pour compenser le manque à gagner au niveau de l’exploitation forestière.
  • L’UNESCO se rapproche ! Le dossier des Alpes de la Méditerranée déposé le 29/01/2018, examiné lors de la visite des experts de l’UICN en Septembre, relève des points à améliorer : la prise en compte géologique dans les DOCOB (document d’objectifs : plan de gestion, avec analyses et propositions pour définir les mesures de protection des habitats et des espèces de sites ou futures sites Nat 2000), et la création d’arrêtés de géotope (il pourrait être interdit dans ces zones classées pour leur spécificité géologique, de bivouaquer, faire des aménagements, le 4*4, le VTT, jeter des déchets, l’escalade, sortir des sentiers prévus…) Les université de Torino et Milano portent les recherchent géologiques car plus personne en 06 n’en a les compétences.
    • Le volet Biodiversité est totalement retiré, sous prétexte du fait qu’elle ne serait pas suffisante, mais chacun semble savoir que c’est uniquement des volontés politiques qui induisent cette occlusion. Seul le préfet de région pourrait apparemment faire quelque-chose pour qu’il soit réintégré.
    • En Juillet 2019, le département ministériel de [?] doit délibérer sur le dossier.
  • Suivis scientifique des orchidées à Saorge (O. Tridenbtata, O. Moucheron, O. Homme-pendu, O. brulé, Sérapias, Ophrys araneola ou araignée, Ophrys bourdon, Ophrys bouffon…)
  • Suivi des chiroptères (chauves-souris) saorgiens (murins, barbastelles, Gds rhinolophes du Monastère, Castou, casouns de la Baragne…). Les grands rhinolophes ont quasiment doublés cette années (208). Forte concentration vers Samson (gouffre)
  • Journées de sensibilisation prévues (orchidées Saorge, journées de formations murs en pierres sèches, animations écoles…), et plaquette d’identification des orchidées Natura 2000 avec livret.Projet d’expo photo pour promouvoir le coté préservé de la CARF (nature et patrimoine bâtis…) Des événements / animations sont prévus, sorties terrain, animations, avec chartes Natura 2000, charte association nature et de Prévention du Ciel Nocturne et charte Zéro Pesticides.

Dans la discussion :   Apparemment, le frelon asiatique ne décime pas que les abeilles… Il attaque fortement les pyrales du buis en début de saison. Une étude est réalisé autour des pyrales du buis, dans le cadre de l’étude de l’habitat des spélerpès (humidité gardée par les buis…). Par ailleurs, la forte concurrence les entraîne à se tuer entre elles. La majorité des animaux invasifs arrivent apparemment par l’importation des pneus, et en second plan des poteries…

Thibaud. Le 21 novembre 2018.

Communiqué de presse de l’association Roya Expansion Nature et du collectif Sauvons la Roya.

Vallée de la Roya, dimanche 28 mai 2017

Doublement du tunnel de Tende : un nouveau tube plus dangereux que l’ancien !

Le 24 mai dernier, dans le cadre d’une enquête menée par la Finanza italienne en coopération avec la France, le chantier du nouveau tunnel de Tende a été saisi. 17 personnes, parmi lesquelles le directeur des travaux de l’ANAS et le directeur technique du chantier (de l’entreprise Fincosit, chargée des travaux), ont été mises en examen pour vol aggravé et détournement de biens publics, ainsi que détention illégale d’explosifs. 9 mesures provisoires, dont 5 assignations à résidence ont déjà été prononcées et les salariés (italiens) de Fincosit ont reçu un billet aller simple pour rentrer chez eux. « Nous avons agi pour éviter une catastrophe », a déclaré la procureure de Cuneo Francesca Nanni. Et pour cause : une partie des matériaux qui auraient dû être utilisés pour la construction du nouveau tube a été détournée et revendue [1]. Il est maintenant avéré qu’un certain nombre d’ouvrages devront être refaits pour malfaçons et les travaux sont arrêtés pour au moins 5 mois.

Pour le moment, la presse et les autorités italiennes semblent être les seules à accorder un véritable intérêt à cette situation, qui est pourtant très grave. « On dirait même que la presse et la télé ont été mises au silence », témoigne Jean N. du collectif Sauvons la Roya. Pourtant, cela fait des années que les associations [*] de la vallée de la Roya dénoncent la façon dont les travaux se déroulent sur le chantier : malfaçons, intimidations, omerta sur les informations qui devraient être pourtant publiques :

·         Refus des autorités de communiquer sur les extractions d’eau sulfatée rejetée directement dans la Canelle, une des sources de la Roya, pendant 2 ans. Suite à la plainte de l’association REN devant le tribunal administratif, une station de traitement des boues a été installée, mais elle est sous-dimensionnée et les rejets en milieu naturel se poursuivent sans contrôles.

·         Refus des autorités de respecter l’engagement initial de transporter les déblais d’anhydrites par le train et de nous informer sur la façon dont ils sont triés et évacués.

·         Silence du procureur de la république saisi des non conformités du nouveau viaduc lequel, sans doute à cause des malfaçons de ses piliers, fait obstacle au couloir d’avalanche du vallon de la Ca.

·         Refus de l’ANAS de prendre en comptes les remarques sur les visibles déformations de l’immense mur de soutènement d’un des nouveaux lacets.

·         Refus du conseil départemental 06 de communiquer le diagnostic complet de la route d’accès au colde Tende, la RD6204. La CADA vient de confirmer que ce document doit nous être communiqué, or nous ne l’avons toujours pas.

·         Refus des préfets successifs d’organiser une consultation locale, avec les associations et la population, pour une révision de la finalité du projet.

·         Silence de la cour des comptes sollicitée par l’association REN pour une vérification des sommes en jeu.

·         Obstacle de la préfecture à l’organisation de manifestations par les associations pour faire connaître les risques de ce projet surdimensionné.

Aussi nous pensons qu’il est grand temps qu’un audit technique et financier (portant sur le nouveau coût du chantier) soit engagé. La presse italienne nous informe que « des consultants et des experts judiciaires vont étudier les ouvrages pour vérifier s’ils sont conformes au projet et aux règlements. » [1] « Espérons que les autorités françaises ne restent pas aussi mutiques et absentes qu’elles le sont actuellement. Il s’agit de notre sécurité !», note Andrea du collectif Sauvons la Roya.  Nous continuerons à faire appel à la justice pour contraindre l’administration française à prendre la mesure de l’aberration que constitue ce projet démesuré. Nous réclamons la plus totale transparence sur la suite des événements ! Nous nous montrerons vigilants et intransigeants !

Roya Expansion  Nature (REN – www.ren.roya.org – association agréée)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

[*] Contact :

[1] www.lastampa.it/2017/05/27/edizioni/cuneo/inchiesta-sul-tenda-bis-sfilano-dal-giudice-indagati-BS5abQLimtLDJV5XIyuHrI/pagina.html