Des Projections/Débats sur la transition écologique

La ville de Breil-sur-Roya a mis la salle de cinéma à notre disposition pour l’organisation de projections/débats sur les sujets de la transition écologique.

Après le Film « Qu’est-ce qu’on attend ? » de Marie Monique Robin et le film « Irrintzina, le cri de la génération climat » de Sandra Blondel, Pascal Hennequin, en juin, nous avons projeté le film de Géraldine Maupu le 10 juillet: « Synapses.  Portraits de paysans sur Roya« . IMG_1274_sA chaque séance, les débats ont été très instructifs et nous ont donné envie de continuer dans cette voie pour mettre en contacts le plus de personnes possible sur les sujets liés à l’environnement : gestion de l’eau, pollution de l’air, transports alternatifs, agriculture paysanne….

Nous préparons une prochaine séance sur l’eau, et espérons aussi  aussi recevoir des suggestions des adhérents. pour le choix des films.

Air PACA analyse l’efficacité des actions de réduction de la pollution liée au transport routier

Nous mettons en ligne un rapport de Air PACA qui présente l’analyse des actions de réduction de la pollution liée au transport routier.

Dans la conclusion du rapport, en page 32, il est écrit:

« Une part importante des polluants atmosphériques émis en région PACA provient du trafic routier. Toute action, comme le renouvellement du parc automobile, la réduction du nombre de poids-lourds ou du trafic dans son ensemble, la réduction de la vitesse limite de circulation, etc… contribuera à diminuer les concentrations en NO2 , PM10 et PM2,5.

L’impact sur les émissions, les concentrations et les populations exposées dépend des actions considérées. En règle générale, les actions les plus contraignantes (suppression des poids-lourds, circulation alternée, etc…) apportent les résultats les plus significatifs en termes d’amélioration de la qualité de l’air.

Il est toutefois important de noter que l’efficacité d’une action dépendra de plusieurs paramètres, en particulier de la zone géographique et de l’axe sur lequel elle est appliquée. »

Efficacité des actions sur le trafic routier

La Presse: les détournements du chantier et les arrêtés d’interdiction aux plus de 19 tonnes

Article du Canard enchaîné

02-07-17

02-07-17

Article de La Croix

La-Croix-Tunnel-de-Tende-l-histoire-d-un-scandale-XXL

Accès direct

Articles de La Stampa:

Pour trouver tous les articles :  Tous les articles sur La Stampa

Articles  plus complets ou/et traduits :

19 juillet :Accès direct –   La « Confartigianato » calcule le surcoût du passage par Savone 267 Euros au lieu de 90 Euros.

19 juillet : Accès direct – Réactions aux arrêtés des maires de la Roya interdisant le passage des plus de 19 t.

5 juin Accès direct – Las Stampa_5juin

25 mai Accès direct – Commentaires d’Élus italiens: traduction

La Stampa 25mai 2017

24 mai Acces direct – La conférence de presse du procureur italien

Articles de Nice-Matin

22 juillet 2017

NM_Poidslourds

14 juin 2017

2017_06_14_NM_Col_de_Tende_acces_menace

Affaire du tunnel de Tende: la route d’accès menacée

1 juin 2017

Nice-Matin : La justice bloque le chantier

Nice-Matin_la justice bloque le chantier et communiqué de presse de REN / SLR

 

Communiqué de presse de l’association Roya Expansion Nature et du collectif Sauvons la Roya.

Vallée de la Roya, dimanche 28 mai 2017

Doublement du tunnel de Tende : un nouveau tube plus dangereux que l’ancien !

Le 24 mai dernier, dans le cadre d’une enquête menée par la Finanza italienne en coopération avec la France, le chantier du nouveau tunnel de Tende a été saisi. 17 personnes, parmi lesquelles le directeur des travaux de l’ANAS et le directeur technique du chantier (de l’entreprise Fincosit, chargée des travaux), ont été mises en examen pour vol aggravé et détournement de biens publics, ainsi que détention illégale d’explosifs. 9 mesures provisoires, dont 5 assignations à résidence ont déjà été prononcées et les salariés (italiens) de Fincosit ont reçu un billet aller simple pour rentrer chez eux. « Nous avons agi pour éviter une catastrophe », a déclaré la procureure de Cuneo Francesca Nanni. Et pour cause : une partie des matériaux qui auraient dû être utilisés pour la construction du nouveau tube a été détournée et revendue [1]. Il est maintenant avéré qu’un certain nombre d’ouvrages devront être refaits pour malfaçons et les travaux sont arrêtés pour au moins 5 mois.

Pour le moment, la presse et les autorités italiennes semblent être les seules à accorder un véritable intérêt à cette situation, qui est pourtant très grave. « On dirait même que la presse et la télé ont été mises au silence », témoigne Jean N. du collectif Sauvons la Roya. Pourtant, cela fait des années que les associations [*] de la vallée de la Roya dénoncent la façon dont les travaux se déroulent sur le chantier : malfaçons, intimidations, omerta sur les informations qui devraient être pourtant publiques :

·         Refus des autorités de communiquer sur les extractions d’eau sulfatée rejetée directement dans la Canelle, une des sources de la Roya, pendant 2 ans. Suite à la plainte de l’association REN devant le tribunal administratif, une station de traitement des boues a été installée, mais elle est sous-dimensionnée et les rejets en milieu naturel se poursuivent sans contrôles.

·         Refus des autorités de respecter l’engagement initial de transporter les déblais d’anhydrites par le train et de nous informer sur la façon dont ils sont triés et évacués.

·         Silence du procureur de la république saisi des non conformités du nouveau viaduc lequel, sans doute à cause des malfaçons de ses piliers, fait obstacle au couloir d’avalanche du vallon de la Ca.

·         Refus de l’ANAS de prendre en comptes les remarques sur les visibles déformations de l’immense mur de soutènement d’un des nouveaux lacets.

·         Refus du conseil départemental 06 de communiquer le diagnostic complet de la route d’accès au colde Tende, la RD6204. La CADA vient de confirmer que ce document doit nous être communiqué, or nous ne l’avons toujours pas.

·         Refus des préfets successifs d’organiser une consultation locale, avec les associations et la population, pour une révision de la finalité du projet.

·         Silence de la cour des comptes sollicitée par l’association REN pour une vérification des sommes en jeu.

·         Obstacle de la préfecture à l’organisation de manifestations par les associations pour faire connaître les risques de ce projet surdimensionné.

Aussi nous pensons qu’il est grand temps qu’un audit technique et financier (portant sur le nouveau coût du chantier) soit engagé. La presse italienne nous informe que « des consultants et des experts judiciaires vont étudier les ouvrages pour vérifier s’ils sont conformes au projet et aux règlements. » [1] « Espérons que les autorités françaises ne restent pas aussi mutiques et absentes qu’elles le sont actuellement. Il s’agit de notre sécurité !», note Andrea du collectif Sauvons la Roya.  Nous continuerons à faire appel à la justice pour contraindre l’administration française à prendre la mesure de l’aberration que constitue ce projet démesuré. Nous réclamons la plus totale transparence sur la suite des événements ! Nous nous montrerons vigilants et intransigeants !

Roya Expansion  Nature (REN – www.ren.roya.org – association agréée)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

Le Collectif « Sauvons la Roya » (sauvons-la-roya.org)

[*] Contact :

[1] www.lastampa.it/2017/05/27/edizioni/cuneo/inchiesta-sul-tenda-bis-sfilano-dal-giudice-indagati-BS5abQLimtLDJV5XIyuHrI/pagina.html