Ne fermez pas les gares !

Une fois de plus la logique comptable oriente les choix en matière de transports collectifs et contredit les discours en faveur de l’environnement.

La SNCF décide de fermer des gares pour faire des économies. La nouvelle majorité régionale, qui a la compétence pour la gestion des TER, ne bronche pas…

Avec des décisions qui vont à l’encontre des orientations prises lors de la COP 21, c’est l’accès aux transports collectifs qui est progressivement réduit.

Dites non à la fermeture des gares:

http://www.petitions24.net/non_a_la_fermeture_saisonniere_des_gares

http://www.petitions24.net/non_a_la_fermeture_des_gares

 

Appel à soutien

Suite aux constats de pollution que nous avons faits dans le vallon de Cannelle au col de Tende, nous avions lancé un recours devant le tribunal administratif.
La préfecture des Alpes-Maritimes a reconnu les irrégularités dans la conduite du chantier qu’elle n’avait pas été capable d’identifier avant les constats de notre association. Elle a imposé des travaux d’urgence au maître d’œuvre quelques jour avant l’audience. C’est ce que retient le jugement : la justice fait confiance à la préfecture pour réparer les erreurs que celle-ci n’a pas su détecter faute de surveillance !
Nous avons donc été déboutés. Le résultat est décevant, mais nous avons quand même pu démontrer les irrégularités dans la conduite des travaux, qui elles n’ont pas été niées ; si nous n’avons pas abouti à l’interruption des travaux, nous avons quand même contraint la préfecture à imposer la mise en conformité.

Il n’en reste pas moins que nous continuons à nous battre,
Nous avons lancé une nouvelle pétition en ligne  voici le lien :

  Certain d'entre vous l' ont déjà signé sur papier, merci à vous!

Nous avons également besoin de votre soutien financier, voici le lien d’une nouvelle collecte en ligne:

  => Site de collecte HelloAsso
vous pouvez egalement nous adresser un don par courrier :
Association REN, 15 rue des anciens combattants, 06540 Saorge.

La somme récoltée grâce à vous va nous permettre de payer l’avocat pour ce recours et d’ analyser les suites à donner, en particulier sur la questions des déblais et de leur transport.

Nous vous remercions d’avance pour votre engagement à venir.

Tunnel de Tende : une avancée, deux mythes … et une mise en garde venant du Mont Blanc

Lien vers la présentation en version PDF reprenant les arguments de REN =>  Ici

Une avancée
Plus personne dans la vallée ne doute du fait que le projet, tel qu’il est conçu actuellement va provoquer une augmentation du trafic routier, un appel d’air aux camions.
Associations, maires, élus départementaux, voire même la Carf se positionnent pour en mettre en avant les conséquences   :
plus de trafic, se traduira par plus de pollution, une atteinte grave à la santé et à la  qualité de vie dans les vallées, des problèmes de sécurité sur l’ensemble de la route, qui n’a pas été conçue pour soutenir un trafic grandissant.
Ceci est déjà en soi une belle avancée. Elle devrait permettre enfin une réelle concertation sur ce projet comme nous le demandons depuis des années sans être jamais entendus.
Deux mythes
Face à ce constat, il est suggéré de transformer le projet ; on parle soit d’accepter un nouveau tunnel et de laisser l’ancien à usage de sécurité, soit de régulation du trafic. Or ces demandes formulées se basent selon nous sur deux mythes :

MYTHE 1 : LE TUNNEL ACTUEL EST DÉLABRÉ, DANGEREUX
La première chose à dire, c’est que dans ce monde où chaque administration se protège , il serait bien insolite qu’ un tunnel dangeureux soit maintenu en circulation.
Le projet du tunnel de Tende est géré par la Commission Intergouvernementale des Alpes du Sud ; en son sein , la sécurité du tunnel est suivi par un comité dédié sécurité dont nous avons obtenu l’avis  daté d’août 2011. Celui ci rapporte que le tunnel a fait l’objet d’une mise en sécurité, notamment avec la mise en place des panneaux indicatifs lumineux, de la ventilation, des caméras, de la salle opérationnelle de surveillance de l’ANAS à Turin, permettant le contrôle et le commandement à distance du tunnel, et enfin la mise en place de l’alternat total. Maintenant il y a un poste de pompiers côté italien ; et donc le seul élément retenu en réserve lors de l’ avis favorable de sécurité qui a bel et bien été donné, reste la vérification de la résistance au feu de tout le câblage présent dans le tunnel.  On est loin du tunnel délabré et dangereux auquel on veut nous faire croire.
Afin d’avoir les derniers dossiers de sécurité, nous avons fait une demande. Devant la non réponse nous avons contacté la CADA, qui a estimé que ces documents n’étaient pas consultables par le public car ce sont des documents internationaux.
Puisqu’une association comme la nôtre, qui est une association agréée au titre de la protection de l’environnement, dans un cadre départemental, par la Préfecture des Alpes Maritimes, n’a pas été autorisée à les consulter, ne serait il pas primordial, avant d’affirmer une vétusté dramatique du tunnel, que des élus demandent eux mêmes à avoir accès à ces derniers documents. L’importance en est de taille car c’est sur ce mythe que la destruction probable de notre vallée risque de se baser.

MYTHE 2 : LA RÉGULATION DU TRAFIC APRÈS L’OUVERTURE DU NOUVEAU TUNNEL
C’est beau, nous aimerions y croire. Mais la situation actuelle des traversées alpines, c’est toujours plus de camions, toujours plus de pollution. Des promesses de régulations avaient été faites pour le tunnel du Mont Blanc, jamais tenues ! On  a vu se monter une véritable escroquerie politique avec le projet du petit tunnel de sécurité du Fréjus, qui s’est révélé être finalement un doublement du tunnel du Fréjus. Il est question du doublement du tunnel du Mont Blanc et de celui du Gothard.
Au Fréjus, comme au Mont Blanc, les habitants payent cash les mensonges d’avant projet par un trafic grandissant, une pollution de l’air inarrêtable, une vallée condamnée, et un pays du Mont Blanc usine à gaz. Là il n’est plus question de fiction, mais de réalité vraie.

C’est pour ces raisons que nous n’avons pas signé le mémoire interassociatif du 1er septembre 2015, car même si celui-ci obtient une réponse favorable, nous n’avons aucune confiance dans la tenue des promesses qui seraient faites.
Le creusement d’un nouveau tube est à notre avis quelque chose qu’il faut absolument refuser. L’appel d’air au trafic ainsi créé ne sera pas gérable, même si tous les élus locaux le demandent.
Le maintien de l’alternance au tunnel a permis ces dernières années de réduire le trafic en Roya, c’est un dispositif qu’il est important de conserver car il nous protège d’une augmentation du trafic par son caractère contraignant. Il est souvent dit que l’attente au tunnel est insupportable, mais si elle n’existait pas, nous perdrions encore plus de temps à circuler à petite vitesse tout le long de la Roya derrière des camions plus nombreux et impossibles à doubler.

Si les dirigeants français voulaient se montrer exemplaires au niveau de la lutte contre le réchauffement climatique à la veille de la COP 21, c’est pour notre vallée l’arrêt du percement du tunnel qu’ils devraient envisager.

Nous publions la lettre adressée par Simon Metral président de l’Association pour le Respect du Site du Mont Blanc qui vient conforter notre position: LettreARSMB

Document de presentation reprenant les arguments de RENTunnel_Mythes

Des moutons, pas de béton !

A l’appel du collectif des habitants de la Roya, REN s’est associée à une marche sur le thème:Manifestation du 30 mai

REN a participé à la transhumance Festive et Revendicatrice du 30 mai 2015. …

Lien sur le reportage Fr3 cote d’Azur ( images extraites du Site Fr3)transhumance_Fr3

transhumance_Fr3_2

 

Manifestation du 15 mars 2014 des opposants au doublement Tunnel du col de Tende

A l’appel du Collectif des habitants de la Roya, nous avons participé  à une manifestation organisée sur la place de Breil-sur Roya.

Tract diffusé par le collectif

Couverture télévisée de la manifestation par Fr3 video en fin de reportage

Ci dessous la copie de l’article paru sur le site de Fr3:

Mobilisation des opposants au doublement du tunnel de Tende

Ils se sont rassemblés à Breil-sur-Roya, à quelques kilomètres de Tende et de son tunnel plus que centenaire. ils refusent les nuisances que génèrerait le doublement de cet axe entre la France et l’Italie.

  • Par Catherine Lioult Publié le 15/03/2015 | 18:14

© France 3 Côte d’Azur

Peu nombreux, mais mobilisés en dépit de la pluie et du vent

 Ils ont sortis les banderoles, distribués des tracts aux passants pour dire non aux travaux prévus sur le tunnel franco-italien de Tende. L’axe doit être doublé pour fluidifier un trafic de 3 600 véhicules jour.  

Le collectif des habitants de la Roya et l’association Roya Expansion Nature ont fait leur compte: la circulation augmenterait de moitié, soit 1 800 voitures en plus.
Pour eux, la RD 6204 n’est  donc pas adaptée à un trafic international, pas adaptée non plus au passage de camions faute de voie de  contournement  des villages de Breil et Tende.
Conséquence directe: l’impact sur la qualité de l’air, forcément négatif.
Catherine Rainaudo, de l’ association Roya Expansion Nature a une autre solution

On se mobilise pour le report du trafic sur le train, tout de suite on peut faire quelque chose avec la voie ferrée, et les financements actuellement  prévus sur ce tunnel, c’est 250 millions d’euros à notre avis injustifiés alors qu’il manque de l’argent sur Nice-Cuneo.


Un avis que partage les élus de la commune de Breil-sur-Roya qui ont voté une motion.

© France 3 Côte d'Azur

© France 3 Côte d’Azur

Les travaux du tunnel ont débuté en juillet dernier, mais la Région PACA refuse de participer au financement car elle est opposée à ce projet.
Dans la vallée de la Roya comme en Savoie et en Haute Savoie, on veut une qualité de l’air satisfaisante.

 

REN organise une conférence débat sur la qualité de l’air

La conférence sur le changement climatique et la qualité de l’air s’est déroulée
à Breil le 24 janvier 2015.

 Il nous a paru opportun d’inviter M. Dominique Robin, directeur de Airpaca, et M. Phillippe Rossello, responsable du bureau d’étude de GeographR.
Chacun d’entre eux a su nous communiquer leur intérêt pour ces deux grandes problématiques si liées entre elles , et leurs interventions nous ont permis d’acquérir de nouvelles connaissances.

Connaissances fort utiles dans le contexte de la Roya où la question des transports pose de sérieux problèmes sur l’avenir de la vallée.

Connaissances fort utiles également dans un contexte plus global où la France va accueillir la 21e conférence climat en 2015, deux semaines de rencontres cruciales qui doivent aboutir à un accord international sur le climat qui permettrait de contenir le réchauffement global en deçà de 2°C.

Il nous a paru plus commode de faire un compte rendu pour chacun des deux thèmes abordés, que vous trouverez en pièces jointes.

L’association REN remercie toutes les personnes qui sont venues , la salle était pleine ; de nombreux élus avaient fait le déplacement, nombreux aussi ceux , celles qui se sont excusés de ne pouvoir venir. Merci bien sur aux intervenants Merci également à la mairie de Breil pour son aide

Compte-rendu : AirPACA_rechauffement

Compte-rendu: AirPACA_QualiteAir

Présentation GeographR  (format .pdf)

Affiche: Qualité de l'air

 

 

 

Lettre ouverte à Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

                       Saorge, le 9 janvier 2015.

Madame la Ministre,

Nous revenons vers vous pour demander instamment la révision du projet de doublement du tunnel routier de Col de Tende. Nos arguments ont déjà été développés dans un courrier du 12 mai 2014, pour lequel nous n’avons reçu aucune réponse de vos services.

Nous aimerions que vous prêtiez attention à un projet dont le déroulement présente de grandes similitudes avec celui du barrage de Sivens.

Conception surdimensionnée en double tube au début des années 2000, enquête publique bâclée et vote de financement en 2007 : au moment où commencent les travaux, en avril 2014, cet équipement est déjà périmé.

Comme vous l’avez évoqué pour le barrage de Sivens, aujourd’hui, la décision de construction d’un tel ouvrage ne serait plus possible. Au regard des conditions nouvelles issues du protocole Transport de la Convention Alpine pour le report modal, des Plans de Protection de l’Atmosphère pour la pollution de l’air, des sites Natura 2000 pour la biodiversité, ce projet qui aurait pour effet d’augmenter le trafic routier international dans les Alpes, est en contradiction avec tous les principes établis de développement durable.

Présenté comme une opération de sécurisation des conditions de circulation, le doublement du tunnel que s’apprête à réaliser l’ANAS pour le compte de l’État français et de l’État italien, aurait un impact environnemental inacceptable. Nous affirmons qu’il est possible de sécuriser le tunnel existant, par un réalésage progressif et en conservant l’alternance, de manière à s’assurer qu’il n’y aura pas plus de passage de véhicules et de poids lourds dans les vallées adjacentes de la Roya et de la Vermenagna qui ne pourraient pas le supporter.

Cette alternative doit prendre appui sur la voie ferrée de la ligne Nice-Turin qui passe sous ce même col et qui a un potentiel que RFF et RFI s’évertuent à négliger en tergiversant sur le financement de la maintenance. La ligne rénovée pourrait assurer le report modal de façon efficace, en particulier sous la forme d’une route roulante lors des phases de réalésage du tunnel existant. Il est à noter que la ligne était électrifiée jusqu’en 1943 et que le coût de la rénovation serait deux fois moindre que celui du double tube routier.

Le Col de Tende pourrait alors devenir un site pilote et exemplaire pour le franchissement des Alpes.

Avec l’espoir que nos sollicitations répétées aboutissent à diligenter une expertise de votre ministère prenant en compte l’ensemble des données, pour que deux magnifiques vallées alpines abritant une biodiversité exceptionnelle ne deviennent pas un nouveau couloir à camions, nous vous adressons, Madame la Ministre, l’assurance de notre considération respectueuse.

Pour l’association Roya Expansion Nature,

Deux administrateurs: Joelle Chemallé et Leonor Hunebelle